Services régionaux du RÉCIT FGA

au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Îles de la Madeleine

Accueil > Accueil > Tableau numérique interactif : son apport pédagogique et formations pour (...)

Tableau numérique interactif : son apport pédagogique et formations pour apprendre à l’utiliser

lundi 27 février 2017, par Michel Lacasse

Tel que présenté dans l’article Tableau Numérique Interactif (TNI ou TBI) : historique de l’implantation au Québec, le nombre de tableaux numériques interactifs dans les commissions scolaires québécoises est en croissance. En effet, à l’automne 2013 on comptait que 15 658 TNI (à 3000$ chacun) avaient été installés (Lafrance, 2013) et une allocation annuelle de 30,8 millions de dollars aux CS, pour l’achat de 10 281 TNI répartis au prorata dans les CS, était prévue ( MELS, 2012).

Malgré cela, très peu de recherches empiriques portent sur l’apport pédagogique du TNI (Karsenti, 2016). Parmi celles publiées à ce jour, on sait notamment que :

  • Plus les élèves le manipulent, plus il y un impact positif perçu sur leurs résultats scolaires, leur motivation et leur concentration en classe (Karsenti, 2016) ;
  • L’attitude positive à l’égard du TNI décroît au fur et à mesure qu’ils vieillissent (DiGregorio et Sobel-Lojeski, 2010) ;
  • Peut permettre d’activer la mémoire visuelle des apprenants et de resituer certains apprentissages dans un contexte propice à la compréhension (Fréal, 2008) ;
  • Peut rendre la manipulation et la représentation de concepts mathématiques plus accessibles (Laberge, 2001) ;
  • Peut encourager le travail coopératif : « à favoriser dans le but de promouvoir de meilleurs apprentissages » (Irigoyen, Basano, 2012, p.2).

Pour exploiter le plein potentiel de cet outil, il est important de prendre conscience que cela exige une certaine adaptation. Certes, il est possible de croire que le TNI est lui-même une adaptation du tableau vert, noir ou balance, mais il n’est rien puisque cet outil nous offre une quantité quasi illimitée de possibilités qu’un tableau traditionnel n’offre pas.

Pour une adaptation harmonieuse devant l’innovation, rien de mieux que d’expérimenter et d’explorer. Les services du RÉCIT et des conseillers pédagogiques de vos centres sont là pour vous accompagner en ce sens. Sinon, sur Internet, il existe une grande quantité de formations de qualité pour vous aider à apprendre à mieux utiliser le TNI. Je vous en recommande certaines en vous souhaitant de belles découvertes :

Formations :

Références :

Fréal. V. (2008). Le Tableau Blanc Interactif en mathématiques, un outil qui facilite l’apprentissage ?. Repéré à http://revue.sesamath.net/IMG/article_PDF/article_a163.pdf. p. 3.

Karsenti, T. (2016). Le tableau blanc interactif (TBI) : usages, avantages et défis ? Montréal : CRIFPE.

Laberge, M-F. (2001). L’ordinateur branché à l’école : Du préscolaire au 2e cycle. Montréal : Chenelière.

Lafrance, J-P., (2013). Faut-il favoriser rapidement l’enseignement 2.0 dans les écoles ? ou les dommages collatéraux d’une implantation sauvage des NTICE. Épistème. 

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du sport [MELS]. (2012). Règles budgétaires pour les années scolaires 2012-2013 à 2014-2015. Repéré à http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/reseau/financement/RB_CS_INVESTISSEMENTS_s.pdf

Irigoyen, M. I., Basano, V. G. (2012). Le tableau blanc Interactif : nouvel outil en classe de FLE. Repéré à http://gerflint.fr/Base/Argentine1/irigoyen.pdf. p. 2.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0